...
Celle qui donne vie à de légers, tristes, blancs et pétulants sacs en plastique… Ils naissent de l’obscurité, se transforment avec le corps de l’actrice en personnages de petite et moyenne taille, et, sans paroles, par le silence et la musique, nous racontent des fragments de sa  vie.



 

 

  

 

 Bag Lady est l’histoire d’une femme solitaire qui construit son propre monde au moyen d’objets les plus simples. Utilisant tout son corps et explorant un univers sans paroles, de pétulants sacs en plastiques se transforment, entre ses mains, en d’étranges et délicats  personnages humbles et beaux.

Bag Lady voyage à travers son passé et ses souvenirs, imprégnant de ses désirs et fantaisies tous ces êtres créés par elle-même… une danseuse incapable de danser tant qu’elle ne découvre pas son cœur, un viveur nostalgique qui la cherche et une geisha qui pourrait bien être Madame Butterfly incarnant un amour étrange et impossible.

Aucune parole dans Bag Lady, juste une parfaite combinaison de musique, images, chansons  et silence.

Un retour sensible sur les souvenirs et les élans d’une vie, qui gisent cachés dans un sac de supermarché blanc… et  apparemment vide.

 

Création : Malgosia Szkandera

Interprétation : Malgosia Szkandera / Sarah Anglada

Mise en scène : Jean-Louis Danvoye

Metteur en scène-assistant : Nick Lehane

Lumières : Miguel Ángel G. Rosa

Production et distribution : Compagnie AntártiCa

 

 

 

 (…) Bag Lady, de Malgosia Szkandera, artiste espagnole ayant du sang polonais dans les veines, est un cadeau tout à fait original (…) Il est fait avec une impulsion ludique torrentielle, une imagination débordante et un budget proche de zéro (…)

 Javier Vallejo, « El Pais »

 

(…) c’est son séjour à New York qui donna forme à des chutes recyclées par la propre Szkandera pour composer un spectacle unique et novateur (…) Bag Lady creuse de manière subtile, délicate et évocatrice dans ce qu’il y a derrière les individus non conventionnels et qui possèdent une mémoire (…)

 César Blanco, « El Norte de Castilla »

 

(…) Le spectacle de Szkandera (…) contient le principal ingrédient rendant intéressant n’importe quelle œuvre d’art : l’âme. Outre un sens esthétique captivant, une technique à la hauteur et le plus de la voix de l’actrice (…)

 Ana San Romualdo, « El Adelantado de Segovia »

 

(…) Bag Lady est une création qui vient des tripes (…) Sa présence scénique est puissante, crédible, expressive (…) c’est un exercice créatif digne d’éloges (…)

 Alfonso Arribas, « El Norte de Castilla »